BAAL

BAAL 

Baal, Bel ou Belos conquiert de haute lutte son palais, son domaine et ses pouvoirs de dieu de la Fertilité et de la Fécondité. Il est dans bien des civilisations le dieu par excellence.

Baal est assimilé à un "tourillon aux cornes fines", un combattant énergique. Roi des dieux, il a conquit cette dignité en s'attaquant à El, le dieu suprême, sur le mont Sapân. Il est le prince-seigneur de la terre. Anat, sa soeur, est inséparable de lui. C'est une déesse sanguinaire, toujours prête à massacrer.

Si Baal, dieu de l'orage répand la pluie vivifiante, Anat sème la rosée et fait jaillir les sources de la terre nourricière. Le sang qu'elle aime tant est un ferment de fertilité. Tous les deux sont les responsables de la prospérité universelle des gens et des bêtes.

En tant que dieu de la fertilité il doit combattre Môt, le dieu de la guerre et de la stérilité. De l'issue de ce combat dépend un cycle de 7 ans, soit de fertilité, soit de sécheresse. Le succès de Baal se traduit par une abondance de récoltes et par la fécondité pour les humains comme pour les  animaux.

El se charge de maintenir l'équilibre entre les deux combattants et, chaque année, Baal se livre volontairement à la mort. Il tombe de son palais céleste et descend sur terre, ensuite, il remonte au ciel porté par la déesse solaire Shapash et par la déesse Anat déesse des sources.

La mort et la résurrection de la vie végétale sont donc liées à Baal.

Baal a ses autels dans presque tout le Proche-Orient antique, jusqu'en Egypte et à Jérusalem, où les fidèles "remplissaient le temple d'un mur à l'autre" (le Livre des Rois, X21). 

 

haut de page haut de page




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement